Santé

Face à la hausse des hospitalisations, le manque de personnel inquiète

Publié le 10 avr. 2021
  • Avec 1079 cas dimanche, le Québec a rapporté plus de 1000 nouveaux cas de contamination pour une troisième journée consécutive.
  • La Santé publique s’inquiète de la hausse des hospitalisations, mais le risque d’une pénurie de personnel est un problème encore plus inquiétant.

La capacité hospitalière devrait être suffisante
Hier, 334 personnes étaient hospitalisées. Selon les projections de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux publiées samedi, le nombre d’hospitalisations pourrait augmenter à plus de 750 d’ici le 30 octobre, et jusqu’à 1500 personnes selon le scénario le plus pessimiste.

  • Néanmoins, selon ces projections, la capacité hospitalière devrait être suffisante puisque le Québec compte environ 2000 lits d’hôpitaux.
  • De plus, selon le rapport, les restrictions mises en place le 1er octobre en zones rouges pourraient réduire le nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations.

L’inquiétude vient du manque de personnel
Selon le docteur et président de l’Association des médecins d’urgence du Québec Bernard Mathieu, le manque de personnel est préoccupant.  

«Ce qui nous inquiète le plus, c’est la situation des ressources humaines. Il manque de plus en plus d’infirmières», a souligné le Dr Bernard Mathieu dimanche en entrevue à RDI.

Cependant, il estime que les hôpitaux sont mieux préparés pour cette deuxième vague.

  • Les soignants connaissent mieux la maladie et ont les équipements nécessaires.
  • De plus, la sécurité des employés du réseau de la santé sera mieux préservée cet automne.  

Le gouvernement devrait annoncer aujourd’hui de nouvelles mesures restrictives, notamment concernant les sports d’équipe.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Joyce Echaquan a subi la pire forme de racisme, dit Trudeau

Publié le 30 sept. 2020
  • Le premier ministre a dénoncé ce qu’il considère comme un exemple de racisme systémique inacceptable, à la suite du décès de la mère de famille atikamekw à l’hôpital de Joliette.
  • Avant son décès lundi, Joyce Echaquan avait appelé à l’aide en direct sur Facebook — la vidéo où elle se fait insulter par le personnel infirmier a suscité des témoignages de membres de la communauté atikamekw également victimes de mauvais traitements dans l’hôpital.

Les hôpitaux québécois ne manqueront pas de lits au cours des quatre prochaines semaines

Publié le 23 sept. 2020
  • Selon les projections de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, entre 250 et 750 lits pourraient être occupés par des patients de la COVID-19, sur environ 2000 lits d’hôpitaux disponibles.
  • Mais au-delà d’un mois, la situation pourrait s’aggraver si le taux de transmission du virus continue d’augmenter dans la communauté.    

Détecteur de rumeurs

COVID-19: les femmes enceintes plus à risque? Non

Publié le 20 sept. 2020
  • Les femmes enceintes sont-elles plus susceptibles d’attraper la COVID-19, et le virus met-il davantage en danger leur santé et celle de leur enfant?
  • Le Détecteur de rumeurs constate que l’état actuel des connaissances est plutôt rassurant pour la mère et l’enfant.

La grippe H1N1 et le SRAS ont apparemment augmenté les risques de complications pour la mère et l’enfant. Il semblerait donc logique de craindre la même chose avec le coronavirus de la COVID-19.

  • On sait par ailleurs qu’à cause des changements physiologiques et immunitaires entraînés par la grossesse, les femmes enceintes peuvent développer des complications à la suite d’une infection respiratoire.
  • Or, ce virus-ci a tendance à s’attaquer au système cardiovasculaire et aux poumons, déjà mis à l’épreuve par la grossesse.
  • Enfin, ce coronavirus cause parfois des caillots de sang, un risque là aussi augmenté par la grossesse.

Y a-t-il des risques pour la mère?

La recherche a encore beaucoup à faire pour cerner cette question.

  • Des petites études suggéreraient par exemple que certains bébés de mères atteintes de la COVID naîtraient plus tôt, seraient plus petits et passeraient plus de temps à l’hôpital. 
  • Une étude de l’agence américaine de contrôle des maladies (CDC) parue en juin pointe vers un risque accru d’hospitalisations et d’admissions aux soins intensifs chez les femmes enceintes, mais pas davantage de décès.
  • Une petite étude suédoise (comparant 13 femmes enceintes à 40 femmes non enceintes) a aussi trouvé que les patientes enceintes étaient plus à risque de se retrouver aux soins intensifs.

Par contre, résume une page de l’École de médecine de l’Université Harvard, rien n’indique dans ces recherches que les femmes enceintes atteintes par la COVID-19 feraient davantage de fausses couches.

Même si la recherche se poursuit, les praticiens semblent s’entendre pour dire que si la COVID-19 présentait un risque très élevé pour les femmes enceintes et leur fœtus (comme le virus Zika, par exemple), on le saurait déjà.

Les observations sur le H1N1 et le SRAS reposaient sur un petit nombre de cas. Et cette année, les études à ce sujet, venues de Chine et d’Europe, sont partielles — ce qui a conduit en juin un réseau de chercheurs canadiens à lancer une étude des répercussions de la COVID-19 sur les femmes enceintes.

Pas de risques pour le bébé

Une équipe américaine, s’appuyant en partie sur des recherches similaires qu’elle avait menées lors d’épidémies précédentes, a conclu en juillet que les fœtus étaient rarement infectés dans le ventre de leur mère.

  • Le placenta produirait en effet de très faibles quantités du récepteur de virus et la transmission de la maladie au bébé semble rarissime : un seul cas de transmission via le placenta a été rapporté en France.
  • Trois cas de bébés nés par césarienne ont reçu un diagnostic de COVID-19 en Chine, mais il n’est pas exclu que les nouveau-nés l’aient contracté après la naissance.
  • Aucun cas de malformation n’a été rapporté dans le monde, et pour l’instant, des atteintes cérébrales n’ont pas été constatées.

La communauté médicale invite à la prudence et la vigilance. Mais devant ces risques assez faibles, elle ne conseille pas de s’isoler ni de paniquer.

Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus

COVID-19: l’opposition réclame des projections de la santé publique

Publié le 16 sept. 2020
  • Le nombre de nouveaux cas est en hausse constante depuis la semaine dernière — le dernier bilan faisait état mercredi de 303 cas enregistrés dans les 24 heures précédentes.
  • Les libéraux et les péquistes demandent au gouvernement Legault de publier les informations sur lesquelles il se base pour gérer la pandémie.

Selon l’opposition, le gouvernement ne peut pas exiger des sacrifices des Québécois sans leur expliquer précisément pourquoi.

  • Les libéraux notent que François Legault parle «d’une situation critique» qui pourrait engendrer de nouvelles mortalités: «le premier ministre est préoccupé et on veut comprendre pourquoi», explique la députée libérale Marie Montpetit.
  • Le chef du Parti québécois Pascal Bérubé se plaint de devoir réagir sur des données qui ne sont accessibles qu’au gouvernement.

Québec leur répond qu’il n’a pas d’autres projections à sa disposition que celles publiées au mois de juin.

Le gouvernement suit le nombre d’hospitalisations et de décès. La situation concorde avec les prévisions réalisées au début de l’été. Mais «il y a beaucoup plus de nouveaux cas que prévu», souligne le premier ministre.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Au tour de Pharmaprix de se lancer dans la télémédecine

Publié le 15 sept. 2020
  • Loblaw, la société mère des enseignes Pharmaprix et Shoppers Drug Mart, investit 75M$ pour devenir actionnaire minoritaire dans Maple, un spécialiste torontois de la télésanté.
  • L’application de Maple offre la consultation vidéo en direct auprès de médecins de famille et de divers spécialistes, et pourra diriger ses utilisateurs vers les pharmacies de la chaîne canadienne pour compléter son offre de soins.

O’Toole s’engage à augmenter les transferts fédéraux en santé

Publié le 14 sept. 2020
  • S’il devient premier ministre du Canada, le chef du Parti conservateur s’engage à octroyer plus de fonds aux provinces.
  • «Je donnerai plus de financement pour la santé, d’une manière stable, prévisible et sans condition. C’est important de respecter les champs de compétence des provinces», a déclaré O’Toole lundi, au terme de sa rencontre avec le premier ministre Legault.

Amazon mise sur une application montréalaise pour aider ses clients à mieux dormir

Publié le 27 août 2020
Amazon mise sur une application montréalaise pour aider ses clients à mieux dormir
  • Amazon met en vente un nouveau bracelet connecté appelé Halo qui vise à améliorer la santé et le bien-être de ses utilisateurs.
  • Ce bracelet fournira une analyse du stress et du sommeil de ses utilisateurs et fournira des outils de relaxation et de détente tirés de l’application montréalais Relax Melodies.