TECHNOlogies et innovation

Alain McKenna

avec Alain McKenna

Journaliste à InfoBref

Spotify se lance à son tour dans les balados payants

Publié le 9 mai 2021
  • L’application musicale Spotify a lancé hier aux États-Unis un service qui permet aux créateurs de balados de vendre des abonnements à leur balado. Ce service devrait devenir disponible au Canada dans les prochains mois.
  • Le lancement de ce service de monétisation des balados survient quelques jours seulement après le lancement d’un service équivalent par Apple. La différence: Spotify ne prend aucune commission sur les revenus générés par les balados payants, alors qu’Apple en prélève 30% la première année et 15% les années suivantes.

Netflix ne devra pas payer le nouvel impôt canadien sur les services numériques

Publié le 9 mai 2021
Netflix ne devra pas payer le nouvel impôt canadien sur les services numériques
  • La nouvelle «taxe» fédérale de 3% sur les revenus provenant des services numériques ne s’appliquera pas aux recettes des frais d’abonnements facturés aux consommateurs canadiens par des diffuseurs de contenu payant tels que Netflix.
  • Annoncé dans le dernier budget fédéral, le nouvel impôt doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain. Il vise les fournisseurs de services numériques qui ont un revenu brut d’au moins 1,1 milliard $. Il sera prélevé sur les revenus tirés au Canada de la publicité, des médias sociaux, et de l’exploitation de données des utilisateurs et de marchés en ligne – mais pas de la vente de contenus par abonnement.

Fortnite contre Apple: le modèle économique de l’App Store passe au tribunal

Publié le 9 mai 2021
Fortnite contre Apple: le modèle économique de l’App Store passe au tribunal
  • À partir d’aujourd’hui et pour les trois prochaines semaines, Apple devra défendre devant une juge fédérale deux règles que son App Store impose aux éditeurs d’applications: une commission de 30% pour Apple sur les ventes d’applications et de tout contenu ou bien numérique vendu à l’intérieur de ces applications; et l’interdiction d’encourager les usagers des applications à contourner l’App Store pour payer moins cher ou éviter cette commission.
  • Dans le cas camp adverse, Epic Games, éditeur du très populaire jeu en ligne Fortnite, se présente comme le défenseur des éditeurs indépendants. Il poursuit Apple pour enfreinte à la loi antitrust et l’accuse de monopole.

Monopole? Cela dépend de la façon dont on considère le marché que dessert l’App Store.

  • Epic constate qu’Apple oblige tous les utilisateurs du système d’exploitation iOS à passer par l’App Store pour télécharger une application. Apple exercerait donc un monopole de la distribution de logiciels auprès de cette clientèle.
  • Apple répond qu’iOS n’a pas de monopole sur le marché de la téléphonie mobile, et encore moins sur le marché global de la distribution de jeux et de logiciels. 

Apple note aussi qu’elle n’est pas la seule à exiger une commission de 30%.

C’est aussi le taux de commission qu’exige Google sur la vente d’applications dans son Google Play Store.

  • En fait, Apple avait été la première à instituer ce taux de commission. 
  • Google, puis d’autres distributeurs l’ont ensuite imité.

Depuis qu’Epic a entamé sa guerre juridique contre l’App Store il y a presque un an, Apple puis Google ont réduit leur taux de commission dans certaines circonstances, mais elles maintiennent 30% comme taux par défaut.

Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Tendances MÉDIAS

Projet de loi C-10: quelle place pour le contenu québécois?

Publié le 11 déc 2020
Steve Proulx
par Steve Proulx
Projet de loi C-10: quelle place pour le contenu québécois?
  • Le projet de loi C-10 de Patrimoine canadien veut forcer les Netflix et Spotify à contribuer «à la création, à la production et à la diffusion de récits canadiens», selon le ministre Guilbeault.
  • L’industrie de la musique et de la production audiovisuelle est ravie, mais il reste encore à savoir comment le contenu québécois sera traité dans ce nouveau cadre réglementaire. Pour l’instant, c’est flou.

La Loi sur la radiodiffusion n’avait pas été modifiée depuis 1991:

  • Le projet de loi C-10 entend la moderniser en intégrant dans le cadre réglementaire les plateformes de musique ou de vidéos en ligne comme Netflix, Disney+ ou Spotify.
  • Si le projet de loi est adopté, Steven Guilbeault a estimé que les nouvelles règles pour forcer les géants du Web à contribuer financièrement à la production de contenus canadiens permettront d’injecter 830 millions $ dans l’industrie de la musique et de la production audiovisuelle au Canada d’ici 2023.

Ceci est un texte dans un bloc «Média & texte»

Une initiative saluée… et certains bémols:

  • De façon générale, l’annonce du projet de loi la semaine dernière a réjoui les acteurs de l’industrie de la musique et de l’audiovisuel, qui réclamait des changements depuis des années.
  • Il demeure toutefois des questions en suspens en ce qui concerne la place qu’occupera le contenu québécois/francophone dans cette nouvelle mouture de la Loi sur la radiodiffusion.
  • L’importance de rappeler le caractère distinct de la nation québécoise prendra toute son importance lorsque viendra le temps de préciser comment les géants du Web devront contribuer aux «récits canadiens».
  • C’est au CRTC que reviendra la tâche de préciser ces détails lorsque les nouvelles dispositions de la loi entreront en vigueur.

Pour éviter une réédition de l’entente entre Ottawa et Netflix:

  • En 2017, le gouvernement Trudeau se vantait d’avoir scellé une entente avec Netflix.
  • Le géant promettait d’investir 500 millions $ sur cinq ans dans des productions canadiennes.
  • Deux ans plus tard, Netflix annonçait que ces investissements avaient déjà été réalisés.

Quelle a été la part des contenus québécois dans ces investissements?

  • L’essentiel de l’enveloppe canadienne de Netflix a été alloué à des projets hors Québec – notamment, la location de studios à Toronto pour le tournage de séries en anglais comme Guillermo del Toro Presents Ten After Midnight ou le film Let It Snow, selon Netflix.
  • À ce qu’on en sait, seuls deux projets québécois ont été financés dans le cadre de cette initiative: un spectacle d’une heure de Martin Matte et le film Jusqu’au déclin de Patrice Laliberté, tourné avec un budget de 5 millions $.

Parmi les plateformes de diffusion en continu, Netflix domine largement au Québec.

Cependant:

On compte sur les doigts des deux mains le contenu québécois qu’on peut y regarder.

Au-delà des deux productions citées plus haut, le contenu québécois sur Netflix, c’est:

  • 4 films (Les affamés, 1991, Bon Cop, Bad Cop 1 et 2);
  • 1 série (M’entends-tu?).

En guise de comparaison, les abonnés québécois à Netflix ont accès à :

  • près de 30 films de Bollywood;
  • 27 films coréens;
  • 19 films suédois.

Au Québec, à quel public s’adresse Netflix? Est-on en droit d’attendre davantage de la plus populaire plateforme de streaming?

À surveiller:

  • L’exemple de Netflix est frappant: on ne peut pas présumer que les géants du Web considéreront la culture québécoise comme distincte de la culture canadienne.
  • Aussi, il est permis de craindre que sans des dispositions claires et chiffrées en ce qui concerne le soutien au contenu québécois dans la nouvelle Loi sur la radiodiffusion, l’industrie québécoise puisse voir des millions… filer à l’anglaise.

Pour recevoir la chronique Tendances Médias de Steve Proulx chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h, si vous le souhaitez)

En savoir plus En savoir plus

Le jeu vidéo québécois tentera de séduire toute la Francophonie à l’occasion du Megamigs, cette semaine

Publié le 10 nov. 2020
Alain McKenna
par Alain McKenna
Le jeu vidéo québécois tentera de séduire toute la Francophonie à l’occasion du Megamigs, cette semaine

Les installations d’ABB dans l’arrondissement de Saint-Laurent (image: ABB)

  • L’événement, qui a lieu jeudi et vendredi 12 et 13 novembre, présentera 75 nouveaux jeux, des compétitions de sport électronique, et un programme conjoint avec l’Office québécois de la langue française visant à favoriser les jeux en français ici, en Europe et en Afrique.
  • Sous forme virtuelle en 2020, le Megamigs combine des conférences et des diffusions qui s’adressent autant aux professionnels de l’industrie qu’au grand public.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Meilleurs produits TECHNO

5 paires d’écouteurs Bluetooth entièrement sans fil qui changeront votre quotidien v2

Publié le 28 oct. 2020
Alain McKenna
par Alain McKenna
5 paires d’écouteurs Bluetooth entièrement sans fil qui changeront votre quotidien v2
  • Les fameux AirPods d’Apple ont contribué à l’émergence du marché des petits écouteurs Bluetooth sans fil, mais il existe plusieurs différents modèles sur le marché.
  • Certains font mieux durant l’activité physique, d’autres pendant les voyages en avion, et d’autres encore au bureau.

Au fil des derniers mois, on a eu la chance d’essayer des écouteurs intraauriculaires («boutons») de nombreuses marques différentes, et on en a choisi cinq, qu’on recommande chaudement. Lisez notre compte-rendu pour découvrir lesquels répondent le mieux à vos besoins.

Earin M-2: la marque Earin est peu connue, mais c’est une des premières à avoir commercialisé des écouteurs ultracompacts entièrement sans fil. Les M-2 sont conçus pour les gens désirant se divertir dans l’autobus ou le métro, entre la maison et le boulot, et même un an plus tard, ils demeurent parmi les modèles offrant le meilleur compromis entre la qualité sonore et l’autonomie.
240$ sur Amazon.ca

  • Ils combinent une insonorisation active et passive afin d’éliminer convenablement le bruit ambiant; l’appli mobile ajoute un égalisateur qui permet de personnaliser leur tonalité.
  • Leur autonomie de 3h par charge est minimale, mais 20 minutes dans leur boîtier de rangement permet de récupérer la totalité de leur charge à nouveau, ce qu’on peut faire 4 fois avant d’avoir à recharger le boîtier lui-même.

Jabra Elite Active 75t: Jabra vend des casques professionnels aux centres d’appel, et son virage vers les produits grand public a été bien amorcé avec les Elite Active 65t. L’édition 75t fait passer leur autonomie de 6 à 7,5 h par charge (pour un total de 28h avec le boîtier), et rehausse leur étanchéité, ce qui en fait un des favoris des coureurs et des cyclistes.
260$ sur Amazon.ca

  • Rien de moins que 4 micros captent votre voix et les sons ambiants, qui sont ensuite efficacement éliminés, ce qui fait de ce casque un des meilleurs de la catégorie pour effectuer des appels vocaux en mode mains libres.
  • Leur surface tactile est capricieuses et rend leur opération irritante, tant ça complique les commandes liées au volume ou à la musique.

Jaybird Vista: Jaybird est désormais une filiale à part entière de Logitech, mais la marque conserve son petit côté hipster ouest-américain malgré tout. Les Vista sont des écouteurs un peu plus abordables ciblant les amateurs de plein air, plus stylisés que leurs homologues blancs ou noirs des marques concurrentes.
220$ sur Amazon.ca

  • Ce sont probablement les écouteurs boutons les plus confortables à porter aux oreilles sur une longue période de temps, grâce à un embout souple qui leur assure une prise ferme mais délicate dans le pavillon de l’oreille.
  • Ils ne produisent pas un son particulièrement puissant, mais l’autonomie de 32 heures permis par leur boîtier est excellente, surtout qu’on n’a besoin que de 5 minutes de charge pour récupérer 1 heure de lecture musicale.

Pour recevoir cette chronique chaque samedi matin, abonnez-vous gratuitement au bulletin InfoBref Matin

ceci est la source de la citation

Google Pixel Buds: Google imite Apple dans l’élargissement de son catalogue de produits électroniques, mais les Pixel Buds demeurent des écouteurs originaux, puisqu’ils profitent d’une intégration réussie des services Google pour offrir la traduction en temps réel, et un accès direct à l’Assistant vocal de Google.
240$ sur le Google Store

  • Leur interface tactile est une des plus agréables à utiliser dans ce créneau, puisqu’on peut tapoter ou glisser le doigt afin de régler le volume ou contrôler la lecture musicale.
  • Leur insonorisation est loin sous la moyenne, dénués de toute élimination active du bruit ambiant, et n’offrant pas non plus une très bonne insonorisation passive.

Apple AirPods Pro: Si vous hésitez entre les différents modèles d’AirPods, allez-y directement pour les Pro. C’est sans conteste la version la plus complète des écouteurs d’Apple, et même s’ils ne sont pas les plus puissants sur le marché, leur insonorisation active est assez efficace pour éliminer le bruit de fond même à bord d’un avion.
330$ sur l’Apple Store (CA)

  • Pour contrôler l’insonorisation et la lecture musicale, ou pour invoquer Siri, il faut les pincer, un geste étonnamment naturel et qui distingue avantageusement ces écouteurs de leurs rivaux, une caractéristique fort utile si on les utilise au travail, par exemple.
  • Leur prix est élevé, et le devient encore un peu plus si on décide de remplacer leurs embouts en silicone par quelque chose d’un peu plus confortable, ou qui leur permettra de mieux tenir dans l’oreille, leur principal défaut.

Note sur les essais de produits d’InfoBref (en subscript)
Nos journalistes testent et comparent des produits de façon objective et indépendante, puis vous recommandent ceux qu’ils trouvent les plus intéressants.
Il se peut qu’InfoBref obtienne une somme d’argent de la part du détaillant si vous cliquez sur un lien pour acheter un de ces produits affichés sur cette page. Cette pratique est courante sur la plupart des sites d’information en Amérique du Nord. Soyez assurés que cette pratique n’affecte en rien le jugement de nos journalistes ni leurs recommandations.

Note sur les essais de produits d’InfoBref (en H5)
Nos journalistes testent et comparent des produits de façon objective et indépendante, puis vous recommandent ceux qu’ils trouvent les plus intéressants. Il se peut qu’InfoBref obtienne une somme d’argent de la part du détaillant si vous cliquez sur un lien pour acheter un de ces produits affichés sur cette page. Cette pratique est courante sur la plupart des sites d’information en Amérique du Nord. Soyez assurés que cette pratique n’affecte en rien le jugement de nos journalistes ni leurs recommandations.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Vers la fin de l’hégémonie du App Store?

Publié le 4 oct. 2020
  • L’Union européenne veut mettre fin à la façon dont Apple et Google limitent l’installation d’applications ou de services par abonnement sur leurs appareils mobiles.
  • L’UE s’inquiète du contrôle énorme que possèdent les deux sociétés américaines sur le lucratif marché des applications mobiles et des données numériques.

Les boutiques d’applications contrôlées par Apple et Google sont les principales cibles d’un projet de loi que prépare L’UE.

  • Il vise notamment à permettre l’installation d’applications à partir de sources indépendantes, tant sur les iPhone que sur les mobiles Android.
  • Le marché des applications mobiles est très convoité: il vaut 71 milliards $US et sa valeur pourrait doubler dans les prochaines années.

Le Digital Services Act est le nom de ce projet de loi qui imposerait de nouvelles règles pour ouvrir ce marché à de nouveaux joueurs.

  • «Ces entreprises doivent se comporter de façon équitable et permettre à de nouveaux joueurs ou d’autres déjà existants de leur faire concurrence», explique l’UE en préambule du projet de loi.
  • Chez Google, on fait valoir que cette mesure rendrait sa plateforme moins sécuritaire face aux menaces en ligne et aux logiciels espions.

Son entrée en vigueur pourrait se faire avant la fin de cette année.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Vous pourrez bientôt héler un chauffeur de camion sur Uber

Publié le 4 oct. 2020
  • Uber vient de récolter 500 millions $US pour améliorer son service mobile Uber Freight, qui a été lancé en douce au Canada il y a un an.
  • Uber Freight met en relation des gens qui veulent faire livrer des paquets et des gestionnaires de camions lourds ou des chauffeurs indépendants.

Microsoft lance un nouveau portable Surface plus abordable pour attirer les télétravailleurs fauchés

Publié le 1er oct. 2020
Microsoft lance un nouveau portable Surface plus abordable pour attirer les télétravailleurs fauchés

Les nouveaux Surface Pro X et Surface Laptop Go de Microsoft

  • Le Surface Laptop Go est une version compacte du Laptop 3 qui propose, à 760 $, un processeur Intel Core i5 de milieu de gamme et 64 go de stockage interne.
  • Tendance forte dans l’informatique en ce moment, Microsoft présente aussi la deuxième génération de son processeur créé à l’interne SQ2 sous le capot de la nouvelle tablette Surface Pro X.

Google passe à la 5G avec ses deux nouveaux téléphones Pixel

Publié le 30 sept. 2020
Google passe à la 5G avec ses deux nouveaux téléphones Pixel
  • Le Pixel 4a et le Pixel 5 partagent la même caméra, mais leur mécanique et leur prix diffèrent: le premier se vendra 500 $US et le second, plus puissant, 700 $US.
  • Google a aussi présenté une enceinte Nest Audio portative à 99 $US et une clé HDMI Chromecast qui hérite, pour la première fois, d’une télécommande.

Une nouvelle technologie promet de recycler 100 % du plastique d’ici 2 ans

Publié le 29 sept. 2020
  • Des chercheurs britanniques ont mis au point une enzyme capable de «digérer» des quantités importantes de plastique en quelques heures seulement.
  • La société française Carbios compte tester cette nouvelle solution en Europe dans les prochains mois, afin de créer un produit industriel qu’elle pourra vendre d’ici 2 ans.

Cette fois sera-t-elle la bonne?

Ce n’est pas la première fois qu’on annonce une révolution dans le traitement des déchets de plastique, mais on tarde à en voir les applications concrètes. Carbios et l’Université de Portsmouth comptent bien éviter ce piège.

  • Une usine en construction à Lyon, en France, devrait être opérationnelle avant la fin 2021.
  • Entre temps, les chercheurs ont ouvert un centre d’essais de 1,7 million $ afin de démontrer le potentiel de leur technologie à de futurs investisseurs ou acheteurs.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Amazon pousse le paiement sans contact jusque dans la paume de la main

Publié le 29 sept. 2020
Amazon pousse le paiement sans contact jusque dans la paume de la main
  • D’ici quelques mois, il suffira de passer la paume de sa main au-dessus d’un capteur biométrique à la sortie d’un magasin Amazon Go pour payer ses achats.
  • Amazon compte offrir cette technologie, appelée Amazon One, à des tiers intéressés à en faire un outil de fidélisation par abonnement auprès de leurs clients habituels.